Communiqué de Presse: islamophobie à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas

Paris, le 26 mars 2016

Université Paris 2 Panthéon-Assas : l’UNEF condamne l’islamophobie dans nos amphis.

Vendredi 25 mars au matin, un professeur de l’université Paris 2 Panthéon-Assas a interpellé une étudiante en lui intimant d’enlever son voile sous prétexte de laïcité. L’étudiante s’est ensuite sentie obligée de quitter l’amphithéâtre : en se comportant ainsi, l’enseignant met donc en difficulté sa poursuite d’étude.

L’UNEF s’oppose fermement à cette attitude et rappelle que les personnels de l’université ne sont pas au-dessus de la loi et ne sauraient donc inventer leurs propres règles. La neutralité s’impose au service public et à ses agents, en aucun cas aux usagers que sont les étudiants.

L’argument féministe n’est pas plus recevable : il a comme conséquence paradoxale de priver des femmes de l’accès aux études.

L’UNEF tient également à rappeler que c’est la deuxième fois en deux ans qu’un évènement de ce type se produit dans cette université, nous attendons donc que des mesures soient prises pour que cela ne se reproduise plus et que les étudiants d’Assas puissent continuer leurs études sans heurts de ce type.

L’UNEF invite plus généralement les établissements d’enseignement supérieur à faire un travail de pédagogie auprès de leurs personnels pour que ces incidents, qui alimentent un climat islamophobe, ne se reproduisent pas.

Communiqué de Presse : Un site internet qui classe les étudiantes contre leur volonté en fonction de leur physique à l’Université Paris 2 Panthéon- Assas.

Communiqué de Presse :

Un site internet qui classe les étudiantes contre leur volonté en fonction de leur physique à l’Université Paris 2 Panthéon- Assas.

À Paris le 14 février 2016,

Samedi 13 février 2016 au matin, les étudiants de l’équipe 3 inscris en première année de droit à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas ont découvert un nouveau site internet : bestassas.com . Celui-ci est présenté comme un site permettant d’élire les 100 plus belles filles de leur équipe. Pour l’instant cantonné à un seul groupe de première année, celui qui a introduit ce site a exprimé sa volonté de l’étendre en incluant l’ensemble des étudiantes de l’Université en question.

L’UNEF dénonce ce site aussi bien du fait de son concept que de la manière dont il a été réalisé.

En effet, les filles qui sont présentes sur ce site n’ont pas demandé à l’être ainsi la présence de leur photo et de leur nom constitue une utilisation de leur personne et une violation du droit à l’image.

De plus, ce type de concours fondé uniquement sur l’apparence physique réduit une nouvelle fois les femmes à un statut de femme-objet qui ne dois pas avoir sa place dans notre société. Les étudiantes ne vont pas à l’Université pour être élue « plus belle fille d’Assas » mais pour se former et obtenir des qualifications qui leur permettront de s’insérer professionnellement mais également de s’émanciper et d’être autonomes. Ce site réduit donc les femmes à des vitrines de magasins se devant d’être les plus belles possible, incapables de faire autre chose. Il instaure ainsi une concurrence entre les étudiantes, ce qui n’est pas l’objectif de l’université et ne dois en aucun cas l’être. Ce principe est d’autant plus vrai lorsque la participation n’est pas consentie comme c’est le cas ici. Il est précisé sur ce site que « l’objectif est que tout le monde s’amuse », objectif puéril et loin d’être réalisé car pour toutes les femmes qui ont vu leur photo apparaître sur ce site ont pu en souffrir.

L’existence d’un tel site internet souligne également l’importance des problèmes de sexisme en milieu universitaire notamment à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas et ce en particulier sur les réseaux sociaux où de nombreux commentaires ou réflexions sexistes sont fait-e-s.

L’UNEF dénonce donc aussi bien le concept que les méthodes qui ont été utilisées et :

  • Exige la fermeture de ce site et de tous ceux semblables qui s’ouvriront.
  • Demande la prise de sanctions à l’égard des créateurs-trices de ce site
  • Revendique la mise en place d’un-e réel-le chargée de l’égalité femmes/hommes à l’université Paris 2 Panthéon-Assas ainsi qu’une prise de position de la part de la présidence de l’université.
  • Demande la mise en place d’une cellule d’écoute à l’échelle de l’université et à défaut invite l’ensemble des femmes touchées par ce site à se tourner vers l’UNEF.

Mélanie LUCE

Présidente de l’UNEF Paris 2

06.38.41.83.01

 

Revendique une égalité entre équipe et entre TD: signe la pétition de l’UNEF !

Aujourd’hui ta réussite à Assas ne dépend pas des efforts que tu fournis dans ton travail mais du hasard..  Selon ton équipe ou ton TD tu ne seras pas évalué de la même manière : en équipe 1, dans certaines matières le galop d’essai ne compte que si tu as au-dessus de la moyenne, alors qu’en équipe 3 , ta note sera prise en compte , qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Les modes de contrôle de connaissances doivent donc être les mêmes entre les différentes équipes: un galop d’essai est un entrainement, cela ne doit pas nous pénaliser !
Mais également entre les différents TD: il n’est pas normal qu’un groupe puisse n’avoir qu’une seule note dans le semestre quand les autres en ont 4, ou qu’un groupe soit évalué uniquement sur ses connaissances tandis que l’autre doit réaliser une dissertation en un temps record !
Ce qui fait également que nos chances de réussite ne sont pas les mêmes, c’est qu’en fonction du professeur d’amphi et du chargé de TD les critères de notation sont différents. Critères que parfois nous ignorons totalement.

Mobilise-toi, signe donc la pétition de l’UNEF et revendique:
-une harmonisation des modes de contrôle de connaissances entre les différentes équipes avec un galop d’essai non pénalisant
-une harmonisation des modes de contrôle de connaissances entre les différents TD
-une grille de notation unique et connue des étudiants

Pour une égalité entre les différentes équipes et entre les différents TD

Aujourd’hui ta réussite à Assas ne dépend pas des efforts que tu fournis dans ton travail mais du hasard.. Ton nom de famille, ton sexe et ta couleur de peau sont autant de facteurs qui conditionnent ta réussite. De plus, selon ton équipe ou ton TD tu ne seras pas évalué de la même manière : en équipe 1, dans certaines matières le galop d’essai ne compte que si tu as au-dessus de la moyenne, alors qu’en équipe 3 , ta note sera prise en compte , qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Les modes de contrôle de connaissances doivent être les mêmes entre les différentes équipes: un galop d’essai est un entrainement, cela ne doit pas nous pénaliser !
Mais également entre les différents TD: il n’est pas normal qu’un groupe puisse n’avoir qu’une seule note dans le semestre quand les autres en ont 4, ou qu’un groupe soit évalué uniquement sur ses connaissances tandis que l’autre doit réaliser une dissertation en un temps record !
Ce qui fait également que nos chances de réussite ne sont pas les mêmes, c’est qu’en fonction du professeur d’amphi et du chargé de TD les critères de notation sont différents. Critères que parfois nous ne connaissons même pas.

Mobilise-toi, signe la pétition et revendique:
-une harmonisation des modes de contrôle de connaissance entre les différentes équipes
-une harmonisation des modes de contrôle de connaissance entre les différents TD
-une grille de notation unique et connue des étudiants

[signature]

Signer

Partager avec vos amis :

   

Pétition pour un demi-tarif étudiant dans les parking de Melun

Être étudiant-e aujourd’hui est souvent synonyme de précarité : des bourses qui sont insuffisantes à couvrir les besoins quotidiens des 25% d’étudiants qui les touchent et inexistantes pour les autres. Très peu de logement étudiants et donc des loyers particulièrement élevés. Mais aussi des frais de livres et de fournitures scolaires à renouveler en ce début de deuxième semestre. Avec tout cela très peu d’argent pour avoir une vie étudiante accomplie.
Plus dur qu’être étudiant, être étudiant-e à Melun. Pour beaucoup d’entre nous cela engendre des frais supplémentaires : la ville n’étant pas toujours bien reliée aux alentours par les transports en commun nous sommes beaucoup a être contraint-e-s de prendre la voiture si nous ne voulons pas passer 2h dans les transports. Cependant une fois arrivé toujours le même problème : se garer. L’université ne possède qu’une trentaine de places de parking, toutes les autres places sont payantes. Pour un total de 1 960€ par an, on peut le dire Vinci nous ruine !
L’UNEF se mobilise donc à tes côtés pour faire baisser le coût des transports. Rapellons que l’une des missions de l’université est de permettre aux étudiant-e-s d’étudier dans de bonnes conditions. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, l’UNEF Paris 2 interpellera aussi bien l’université que la ville de Melun afin d’obtenir un demi-tarif étudiant dans les parkings situés aux alentours de l’Université.

Pour un demi-tarif étudiant dans les parkings de Melun

[signature]

Signer

Partager avec vos amis :