Pour la réussite de tous, le 15 mars, votez UNEF aux élections en conseils d’UFR !

L’Union Nationale des Étudiants de France, majoritairement représentée dans les différents conseils de l’université Paris 2 avec un tiers des représentants étudiants élus en conseils centraux comme en conseils d’UFR, se bat pour obtenir la possibilité pour chaque étudiant entré à l’université d’être en conditions réelles de réussir ses études. Cela passe par la mise en place du meilleur encadrement pédagogique d’une part, et de modalités ambitieuses de contrôle des connaissances acquises par l’étudiant, d’autre part.

Les conseils d’UFR ?

Les Unités de Formation et de Recherche regroupent des départements (de droit, de science-politique, d’économie, etc.) et des laboratoires de recherche. Ils sont parfois organisés par cycles (1er cycle : Licence, 2ème cycle : Master, 3ème cycle : Doctorat). C’est en conseils d’UFR que se préparent les diplômes, leur structure (quels cours, combien d’heures d’amphi et de TD, etc.) comme leurs modalités de contrôle de connaissance. Ce travail préparatoire, adopté en conseil d’UFR est ensuite sanctionné en conseils centraux (Conseil d’Administration, Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire, Conseil Scientifique).

Victoires de l’UNEF

Quand elle est élue en conseils, l’UNEF obtient :

– La semaine blanche de révision, grâce à laquelle les étudiants disposent d’une semaine libre pour réviser leurs partiels entre la période de cours et la période d’examens.

– La compensation annuelle des notes, grâce à laquelle les différentes notes obtenues se compensent sur l’année, quelque soit le semestre ou l’unité d’enseignement auxquels elles sont affectées.

– La suppression des notes éliminatoires (ou notes « barrages »), pratique antipédagogique de sélection par l’échec, qui conduit certains étudiants à réussir leur année sans pour autant la valider.

– Le maintien de la capacité, ouverte sans condition de diplôme et par laquelle les capacitaires peuvent, après deux années d’enseignements juridiques, accéder à la deuxième année de Licence s’ils obtiennent 15/20.

Les revendications de l’UNEF pour la réussite de tous

L’échec de l’université à permettre à un plus grand nombre d’étudiants d’en ressortir par le haut (surtout en licence où la moitié des étudiants échoue encore!) doit être analysé comme l’insuffisance de la mise en protection sociale des étudiants (toujours 50% d’étudiants obligés de se salarier et dont la moitié échoue en raison du manque de temps à consacrer à leurs études) d’une part et l’insuffisance des moyens pédagogiques mis en place d’autre part. Outre la protection sociale des étudiants, pour laquelle l’UNEF est de toutes les batailles et de toutes victoires (avec, cet été encore, le 10ème mois de bourse et le maintien du cumul APL + demi-part fiscale), l’UNEF revendique un meilleur encadrement pédagogique et des modalités ambitieuses de contrôle des connaissances contre la sélection par l’échec.

Meilleur encadrement pédagogique

Effectivité de la promesse faite par l’université des TD à 25 étudiants maximum permettant plus de pédagogie et d’interactivité, le développement du travail en groupe, etc.

– Développement du tutorat en l’étendant à toute la licence, dans chaque filière et sur l’ensemble des sites (à Melun notamment où les étudiants en sont privés). Œuvrer au rapprochement entre tuteurs et chargés de TD. Développer et populariser le tutorat en particulier avant les examens et entre la première et la seconde session d’examens (les rattrapages).

– Formation pédagogique des chargés de travaux dirigés qui fait encore défaut, car on ne balance pas un chargé devant un TD d’une trentaine d’étudiants sans l’y avoir formé! La transmission des connaissances et l’encadrement pédagogique ne s’improvisent pas.

– Encadrement du contrôle continu avec l’harmonisation des pratiques entre différents chargés de TD d’une même équipe et entre professeurs. Uniformisation entre Paris et Melun.

Mise en place de véritables cours d’anglais dès la L1 ainsi que développement de l’enseignement d’une seconde langue vivante.

Mise en place de modules de professionnalisation dans toutes les filières.

Contrôle des connaissances

– Session balai directement après les examens (donc plus en septembre) pour les étudiants empêchés de passer normalement l’examen (maladie incompatible avec le tiers-temps, deuil, etc.).

Prise en compte de la meilleure note des deux sessions d’examen après les rattrapages.

Prise en compte  de la note de TD (censés aider) seulement si elle est supérieure à la moyenne.

– Compensation semestrielle des notes (d’ordre légale puisque garantie par l’arrêté Licence) pour que les matières se compensent au sein du semestre, indépendamment de leur bloc.

– Capitalisation de chaque matière validée indépendamment de la validation de son bloc.

– Généralisation de l’AJAC (AJourné mais Autorisé à Continuer) permettant à un étudiant ayant validé un semestre de passer à l’année supérieure, pendant laquelle il doit alors repasser ses matières non validées.

Fin de la sélection à l’entrée du Master 2 :

La sélection en M2 est incohérente avec la validation du M1. Elle est fondée sur l’idée que la qualité du diplôme tient à la sélection (parfois arbitraire) des étudiants alors que c’est la qualité de l’enseignement dispensé qui fonde la qualité du diplôme. Pour maintenir cette qualité d’enseignement (basée sur le plus fort taux d’encadrement en M2) tout en ouvrant l’accès aux étudiants ayant validé leur M1, l’UNEF demande un plan de recrutement d’enseignants chercheurs et de professeurs.